Scoop! L’écologiste Yannick Jadot fait son coming-out: il se prononce pour l’économie de marché et contre le sovkhozes

Yannick Jadot/DR
Yannick Jadot/DR

L’économie de marché? Tout le monde est pour l’économie de marché! Vous voulez que les paysans bio vendent dans les sovkhozes? Vous voulez l’économie de Maduro?“, s’est exclamé sur France 2 le député EELV en faisant allusion aux fermes d’État de la période soviétique et au président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro.

Coup d’éclat! Il y a bien longtemps qu’une personnalité écologiste ne s’était pas déclaré en faveur de l’économie de marché, et s’opposant textuellement à l’absurdité du socialisme à travers la faillite criante du Vénézuela.

Une vérité qui a ulcéré le communiste Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris d’Anne Hidalgo. Il a critiqué dimanche le leader écologiste, qui n’a pas exclu des alliances avec la droite dans certaines villes pour les municipales, en lui rappelant qu’il était de gauche.

Refusant les clivages: “Je suis écologiste”, s’est défendu Yannick Jadot. “J’en ai marre que l’écologie ait à se situer par rapport au paysage politique du XXe siècle.

Seulement chassez le socialisme de l’écologisme et il revient au galop: “Nous sommes pour une économie régulée où l’économie a du sens, les entreprises ont une vision, ils servent la société, la justice sociale et la lutte contre le dérèglement climatique et l’anéantissement du vivant. C’est notre avenir“, avait ajouté Jadot.

L’économie a du sens quand elle libre et n’est pas dirigée par le gouvernement. Les prétextes invoquées pour la contrôler, que ce soit pour le compte de la révolution bolivarienne ou du catastrophisme écologique, n’y changent rien.

Ainsi, prisonnier de sa contradiction, il en est venu à critiquer le texte de ratification du traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (Ceta) qui doit être discuté ce mois-ci au Parlement français en vue de sa ratification, ainsi que le projet d’accord de libre-échange conclu vendredi entre la Commission européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay).

L’évidence c’est l’économie de marché, mais le poids de l’idéologie est toujours plus fort chez Jadot.

Source : Boursorama

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici