Pas de répit pour les automobilistes! Utiliser votre GPS sur votre téléphone pourrait bientôt vous coûter votre permis

Image d'illustration/Pixabay
Image d'illustration/Pixabay

Tolérance zéro et sanctions bientôt alourdies pour ceux qui utilisent leur téléphone en conduisant. L’usage du téléphone au volant était déjà sanctionné d’une amende de 135€ et d’une suppression de 3 points sur le permis de conduire.

Mais ce n’est jamais assez répressif si l’on en croit Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, qui s’est exprimé lundi 8 juillet sur Europe 1, en annonçant que l’usage du téléphone au volant pourra, à l’avenir, entraîner un retrait du permis de conduire si une infraction est commise en même temps (le franchissement d’une ligne blanche, le non respect d’un stop, l’oubli d’un clignotant ou un excès de vitesse…).

Le gouvernement veut intensifier la répression routière: “Cette suspension sera surtout là pour marquer le coup, développe Emmanuel Barbe. Elle pourrait durer une semaine à quinze jours“.

Selon le baromètre Axa Prévention, 70% des conducteurs reconnaissent utiliser le téléphone au volant, quel que soit l’usage (SMS, GPS…). Un comportement qui multiplierait par trois les risques d’accident. Et quand on écrit un SMS, le risque est multiplié par 23.

Si vous êtes en même temps avec le téléphone et que vous avez par exemple glissé un stop, mordu une ligne blanche, fait un excès de vitesse ou que vous n’avez pas respecté les droits d’un piéton […], vous risquez la suspension immédiate du permis de conduire par les forces de l’ordre”, a détaillé le délégué interministériel.

Faites donc bien attention, lorsque vous réglez votre GPS: si par mégarde vous mordez à ce moment sur une ligne blanche, vous risquerez de finir à pied.

Cette mesure est un article du projet de “loi mobilités”, votée en première instance à l’Assemblée nationale. Cette loi passera en commission mercredi et il faudra ensuite attendre la promulgation du texte. Mais cette dernière pourrait être mise en application rapidement, avant la fin de l’année.

Cet acharnement répressif est totalement assumé: “L’idée c’est vraiment de casser les pieds des récalcitrants“, avoue Emmanuel Barbe, dans des propos au Parisien, avant sa conclusion orwellienne : “On ne souhaite pas priver quiconque de son permis pendant des mois. Le but de la sécurité routière, c’est que le plus de gens puissent rouler.

Oui, seulement voilà, c’est tout de même difficile à avaler surtout quand tout est fait pour que de moins en moins de gens puissent rouler. Le véritable but est avoué! S’en prendre une fois de plus au gaulois réfractaire, pardon, “récalcitrant”…

Source : Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici